Musique Portraits et Interviews — 03 février 2014
J’ai rencontré la célèbre Soprano Grecque  Myrtò Papatanasiu à l’Opéra Garnier / συνάντηση με την σοπράνο Μυρτώ Papatanasiu

Paris, le 21 Janvier 2014

Je vous emmène aujourd’hui dans le joyaux du quartier Haussmanien de Paris, chargé d’histoire et de prestige : l’Opéra Garnier (9ème arrdt).
On en connait la célèbre et majestueuse façade tout en colonnes et escaliers façon Empire mais c’est par la petite porte des entrées des artistes, que comme d’habitude, je me faufile.
L ‘Opéra est une énorme machine vouée à l’art lyrique et la chorégraphie. On raconte que des ruches ont été installées sur le toit et que du miel y est produit. Côté coulisses, on perçoit que l’Opéra est un essaim d’agents de toutes professions, qui s’activent afin qu’aient lieu quelques 350 spectacles par an partagés avec l’Opéra Bastille ; spectacles de musique, de danse et de chants, qui sont le nectar que produit cette magnifique ruche géante.
Alors que le restaurant est bondé, et que les bruits de fourchettes tintent au loin, le personnel s’accorde une pause méritée sur les bancs installés autour de l’entrée des artistes. C’est assise sur un des bancs de cette petite cour intérieure que j’ai rendez-vous avec Anastasia. Elle est ma complice, mon guide et ma traductrice dans cette aventure, car c’est son amie, la chanteuse Myrtò Papatanasiu que j’ai la chance d’interviewer.
A l’heure dite, Myrtò nous rejoint à l’entrée des artistes.

La musique étant universelle et ma curiosité insatiable sur ce sujet, c’est avec grand plaisir que je vois pour la première fois Myrtò Papatanasiu. Elle est toute fine, brune avec de grands yeux verts. Sa tenue est décontractée ; ce n’est l’heure que des répétions. On pourrait l’imaginer danseuse classique. Telles de petites souris se faufilant dans cet immense vaisseau de pierres empruntes d’histoire, Myrtò Papatanasiu nous entraine jusqu’à sa loge où elle m’accorde cette interview magique.

Alors que Myrtò me raconte, une voix dans les hauts parleurs annonce : « Myrtò Papatanasiu est demandé sur scène. »
Branle-bas de combat ! La voici qui part en courant, nous demandant de la suivre ! J’attrape un bout d’appareil photo, et nous voici toutes trois, crapahutant dans les coulisses, évitant des câbles au sol, slalomant entre des décors somptueux, dans l’enfilade des pénombres successives, où s’affairent des techniciens, et qui nous mènent à l’immense salle aux fauteuils rouges. Là, nous surplombons l’orchestre, dans sa fosse, et Myrtò repart en trombe pour accéder par quelque passage secret à la scène où elle rejoint la troupe. Sur cette immense scène, sans micro, elle remplit de sa voix la scène et la salle comme le soleil éclair le monde. C’est magnifique, je suis subjuguée par la force et la beauté de ce qui se passe.

MYRTÒ PAPATANASIU, CANTATRICE CONTEMPORAINE
Elle me dira, au sujet de la période douloureuse que traverse la Grèce, que les grecs ne veulent pas de la pitié du reste du monde. Juste de la reconnaissance et de la confiance.
Myrtò est une cantatrice en couleur. Et c’est la Culture du début du XXIème siècle qu’elle illumine de ses grands yeux verts, quand La Callas intriguait de son regard en noir et blanc. Elle est cantatrice au pays d’internet, du numérique et de la cosmo-culture. Elle défend l’art lyrique dans le monde d’aujourd’hui.

Et Myrtò c’est la grandeur du classique sans le souffre et les scandales de la Diva. Elle trace son propre chemin, en grande professionnelle, comme une athlète olympique s’entraîne à son sport lyrique de haut niveau.

MYRTÒ PAPATANASIU : BIOGRAPHIE
Née à Larissa (Grèce), à 4 ans, elle commence ses études musicales de chant dans une chorale d’enfants de sa ville natale.
Elle étudie également le piano, l’harmonie et fréquente l’Université de Musicologie de Salonique.
Diplômée en chant, avec mention, au Conservatoire de Salonique, elle est la gagnante d’une bourse offerte par le Megaron d’Athènes.
Elle poursuit ses études à Milan sous la direction de Roberto Coviello.

Elle fait ses débuts très tôt à l’Opéra de Thessalonique et à partir de là elle se produit dans certaines prestigieuses maisons d’opéra et festivals, dont Teatro dell’Opera du Roma, Opéra de Sydney, à l’Opernhaus de Zurich, Wiener Staatsoper et Theater an der Wien , Nouveau Théâtre national de Tokyo, Opéra de Montréal, Dallas Opera, le Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles, de Nederlandse Opera e Concertgebouw à Amsterdam, Konzerthaus de Vienne, Staatsoper de Berlin, Bayerische Staatsoper de Munich, Teatro delle Muse di Ancona, Opéra di Montecarlo, Teatro Regio di Torino, Vlaamse Opera en Antewerpen, Festival Mozart de La Corogne, Teatro Communale di Bologna, Teatro Lirico di Cagliari, Teatro Massimo Bellini V. du Catane, KKL à Lucerne, Hérode Atticus et Theatro Megaron d’Athènes.
Myrtò Papatanasiu est annoncée en 2012 par The Dallas Opera comme étant la « Maria Callas: Meilleure première artiste de l’année» pour son interprétation dans la Traviata.
Son répertoire, qui va du baroque (Alcina, Ifigenie) à la musique contemporaine, comprend les principaux rôles mozartiens (Donna Elvira, Sandrina dans Finta Giardiniera, Donna Anna, Fiordiligi, Contessa, Sifare, Konstanze, Sandrina etc), les rôles de Rossini (Donna Fiorilla, Semiramide, Anna dans Maometto II, Giulia à La Scala di Seta), les rôles de Verdi(Violetta), ainsi que les héroïnes Verismo.

Elle a travaillé avec des réalisateurs importants comme Franco Zeffirelli, Pier Luigi Pizzi, Robert Carsen, David Mac Vicar, Torsten Fisher, Stefan Herheim, Keith Warner, Daniele Abbado, Josie Wieler, et comme chef d’orchestre Ivan Fisher, Christofer Hogwood, Roberto Abbado, Bertrand de Billy, Gian Luigi Gelmetti, Alberto Zedda, Stefan Anton Reck, Harry Bicket, Victor Pablo Pérez, Adam Fish, Ingor Metzmacher, Jonathan Webb, Gabriele Ferro, Evelino Pidò, Riccardo Frizza.

Pour cette saison, elle se produira entre autres à l’Opéra Garnier dans Alcina d’Haendel, dirigée par Christophe Rousset, et dans le rôle de Fiordiligi, au Staatsoper avec la Traviata et au Concertgebouw d’Amsterdam, entre autres.

OPERA GARNIER
Le 30 Mai 1861, Charles Garnier est l’heureux vainqueur du concours pour l’édification d’une « Académie impériale de musique et de danse » présidé par le prince Walewski, fils naturel de Napoléon Ier et de la comtesse Walewska.
Le début des travaux a lieu dès 1861mais l’entreprise est marquée officiellement par la pose de la première pierre en 1862.
Le niveau de la nappe phréatique est rapidement atteint et la situation oblige à la mise en place de pompes à vapeur fonctionnant jour et nuit. Cet imprévu donnera naissance à la légende d’un lac souterrain alimenté par un cours d’eau portant le nom de « Grange-Batelière » : un imprévu savamment exploité et entretenu par le célèbre roman de Gaston Leroux : le Fantôme de l’Opéra. Il existe néanmoins un réservoir d’eau construit sous l’Opéra : il sert à stabiliser les fondations et de réserve d’eau en cas d’incendie.
L’inauguration a lieu le mardi 5 janvier 1875 en présence du président de la République Mac Mahon, du Lord-maire de Londres, du bourgmestre d’Amsterdam, de la famille royale d’Espagne et de près de deux mille invités venus de l’Europe entière et d’ailleurs.
Des ruches sont installées sur le toit du Palais Garnier depuis 1982 : elles y ont été placées par un accessoiriste de l’Opéra, apiculteur à ses heures perdues.
Le Palais Garnier fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 16 octobre 1923

HAENDEL: Alcina
Alcina est un opéra en trois actes de Georg Friedrich Haendel, inspiré de l’Orlando furioso -chants VI et VII- de L’Arioste. Terminé le 8 avril 1735, il fut créé à Londres le 16 avril 1735, pour la première saison du théâtre de Covent Garden. L’œuvre connut dix-huit représentations et clôtura la première saison, le 2 juillet. Haendel la reprit pour la nouvelle saison, après un an d’interruption, le 6 novembre 1736.(source Wikipedia)

ALCINA À L’OPERA GARNIER
8, rue Scribe – 75009 – Paris
> Réservations
SITE : http://www.OperadeParis.fr
Le 25, 27 et 30 Janvier, le 2, 5, 7, 9 et 12 février 2014

Myrtò Papatanasiu à la clôture de la Cérémonie des Jeux Olympiques d’Athènes 2011

DISCOGRAPHIE DE MYRTÒ PAPATANASIU

SITE : http://www.MyrtoPapatanasiu.com

Partagez

Articles liés

0 Commentaires

Comments are closed.


© Copyright 2010/2014 - Dominique Planche